Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Val Sans Retour

Je vous parle d’un temps lointain, dans ma folle jeunesse, où mes périples m’amenaient en des lieux inhabituels, aux couleurs fantastiques, parfois même légendaires.

Nombre de fois je me suis rendue en Brocéliande, Terre de mystères et de légendes. La Fontaine de Barenton, le tombeau des Moines… mais le lieu où je préfère me perdre reste le Val sans retour.
Si je devais vous raconter toutes les choses particulières que j’y ai vécues, vous ne me croiriez pas. 
Aller, parce que c’est vous, je vous raconte.

En cet automne, mes promenades m’emmènent jusqu’à Loyat, non loin de la forêt de Brocéliande.
Je loue un mobile-home dans un camping de la ville. Un joli petit pied à terre pour mes quelques jours de promenades. Il est situé au bord un étang. 
Quelque peu fatigué par la route effectuée après ma journée de travail, je décide de m’offrir une soirée calme : un petit plongeon dans la piscine du camping avant un repas léger et bonne nuit. Depuis, je vais au Val sans retour, et il y a quelques kilomètres de marche à réaliser. Et puis un joli dénivelé aussi. Alors, autant être en forme.
Je branche mon téléphone portable pour avoir un maximum de batterie pour prendre des photos demain et je ne couche vers 21h30, le sentiment que demain sera une belle journée. 

Je suis réveillée vers dans la nuit par la sensation d’être observée. Comme si quelqu’un était dans la chambre et me regardait dormir. J’allume la lumière mais ne voit personne, évidemment. Je profite de cet éveil pour aller boire un verre d’eau. J’aperçois alors, par la fenêtre du séjour du mobile-home, une silhouette blanche à l’extérieur. Elle est vaporeuse. Il me faut quelques secondes avant de comprendre que cette forme que je vois est au-dessus de l’étang. J’essaie de me ressaisir, je me dis que je suis encore en plein rêve. Mais j’ai beau me frotter les yeux et me pincer, cette brume au-dessus de l’eau a bien une forme humaine et se déplace comme si elle marchait sur l’eau. Puis s’évapore après environ 2 minutes de spectacle. 
J’essaie d’analyser ce que je viens de voir, mais je ne comprends pas. Quelle heure est-il ? 23H18. Je vérifie si toutes les portes et fenêtres de ma location sont fermées. OK !
Je décide qu’il est trop tard pour réfléchir, que j’ai du rêver. Mon téléphone est chargé à 100 % Je le débranche et je tente de me rendormir mais mon cerveau décide tout de même de chercher à comprendre. Je mets un long moment avant de retomber dans les doux bras du sommeil.

J’ouvre les yeux lorsque le soleil fait sont apparition. Que s’est-il passé cette nuit ? Ai-je rêvé ? Un bon café me remettra les idées en place. Pendant que la cafetière fait son travail, je vais sur la terrasse. La porte n’est pas verrouillée. Pourtant, j’ai bien vérifié cette nuit. Ou est-ce mon imagination ? Je ne sais plus. Et avec tout ça j’ai perdu la notion du temps. Quelle heure est-il ? Je ne sais pas, mon téléphone, qui me sert de montre est éteint. Plus de batterie ! Je le remets en charge. Tant pis, il n’y aura pas assez de charge pour que je fasse des photos, mais heureusement, j’ai toujours mon vieil appareil numérique avec moi !

Il est donc un peu moins de 9h quand je prends la route du Val sans Retour. J’adore ce nom un peu angoissant.
Pour se venger du beau Guyomarc’h, qui l’avait trahie et de son amoureuse, la fée Morgane, demi-sœur du roi Arthur, les enferma dans le rocher des Faux Amants. Pour que sa vengeance soit totale, dans sa fureur, Morgane jeta un sort sur l’entrelacs de vallées resserrées qui forme le Val sans Retour pour punir les amants infidèles.

Je passe donc devant l’arbre d’or, sculpture rappelant les risques du feu dans une forêt. Et je longe Le Miroir aux Fées. Je me sens attirée par ce plan d’eau. Je m’en approche et je ressens comme une pression dans le dos, légère mais insistante, comme quelqu’un qui me pousse vers le fond du lac. Pourtant, il n’y a personne près de moi et les personnes présentes aux alentours ne remarquent rien. Qu’est ce donc ? Je ne comprends pas.
Je vois mon visage se déformer à la surface de l’eau sans que rien ne bouge, pas une vague, pas un clapotis, rien.
Je sors de ma torpeur pour reprendre ma route. Décidément, ce lieu est étrange.

Alors que je reprends ma route, j’arrive au petit pont de bois qui enjambe le miroir aux Fées. L’ascension est abrupte et escarpée pour arriver sur la crête du Val. J’arrive enfin devant le rocher en forme de cœur brisé. Le voici le rocher aux Faux Amants qui veillent pour toujours sur le Val, sans jamais pouvoir se toucher, sans jamais pouvoir s'embrasser, et sans jamais pouvoir vivre leur amour brisé par Morgane une femme au cœur meurtri.

Je descends de la crête et continue ma promenade au creux du Val, le long ruisseau à l'eau orangée.
Quand mon excursion est terminée, je reviens à mon point de départ sur la parking, l’appareil photo chargé de photos, et mon esprit en proie aux doutes et au questionnement. 
Je prends place dans ma voiture, prête à reprendre la route vers mon camping où je compte bien profiter de la piscine pour me détendre. 
Je démarre la voiture, fais une marche arrière pour sortir de mon stationnement, et je m’apprête à partir quand je vois quelque chose qui ressemble à une mini tornade se former devant ma voiture, la traverser, puis disparaître à l’arrière. J’entends encore le bruit du sable et des petits cailloux cogner contre la carrosserie.
En regardant autour de moi, j’ai vu, dans le regard des gens, que je ne suis pas folle. La stupeur dans les yeux des randonneurs témoins de la scène me confirme que oui, il se passe des choses… mystérieuses.

Tag(s) : #Histoire courte, #Bretagne, #Brocéliande, #Légende
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :